think

programme

Et puis, la vie a repris son cours, encore plus belle qu'avant.

Avec sur le frigo et les ardoises, des mots laissés par les cousins.

Cette première semaine de vacances, Rhum-Coco a pu bénéficier, pour la première fois, de cours de soutien, proposés par l'Education Nationale: 5 matinées de travail en groupe. Cela nous fait nous lever tôt mais pas trop et j'ai apprécié les routes à travers la campagne pour aller jusqu'à ce tout petit village, collé à la montagne, juste assez longues pour apprécier le paysage. Nous n'avons jamais été seuls dans ce combat, mais quand même, je suis si contente que quelqu'un prenne le relais pendant ces vacances. Cette instit qui ne le connaissait pas m'a dit qu'elle le trouvait volontaire. Et de fait, Rhum-Coco en réclame encore. Il veut progresser. S'il va en 6ème, c'est parce qu'il l'a décidé. Il veut y aller. Et on ne fait redoubler un enfant dyslexique que s'il est dégoûté des apprentissages. Et s'il se vautre, nous serons là. Il y a eu récemment un zéro en lecture (il ne comprend pas ce qu'il lit, et n'arrive pas à traiter l'information ; et pourtant c'était l'histoire de Toto et du nez du Général, du potache, tout ce qu'il aime...) et la première leçon à apprendre sous forme de texte imprimé, en petits caractères serrés. Je l'ai vu se crisper et se raidir. Encore un précipice, qu'il faudra apprendre à contourner. Cela va prendre du temps et on ne sait même pas par où passer pour l'instant. Mais on y va. 

Des nouvelles... et l'occasion pour moi de renouveler mon MERCI à ceux qui nous suivent dans cette aventure. Merci pour les liens, les messages, et les prières à St Christophe.

*Et ce midi... pile à midi... alors que je venais chercher Rhum-Coco pour la dernière fois dans ce village paumé au milieu de nulle part..., m'attendait la camionette du vendeur de produits italiens...

Et j'avais 20 euros dans la poche de mon jean...