keep moving forward

jeudi 28 mai 2015

Rando à l'eau salée

ereamandescailloux

L'eau salée - trois bains dans l'eau très froide, peut-être bien aussi froide qu'en Mars - faire l'étoile de Mer même si c'est vraiment très froid - écouter le sable qui va et vient tout au fond de l'eau - s'asseoir entre les rochers là où les vagues font le plus de vagues - les cailloux pour se réchauffer - les mains enfoncées dans le sable - les amandes de Lucca avec le thé - grimper vite et bien - à un très bon rythme - l'odeur des pins sous le soleil - la chaleur sur les sentiers - et toujours au même endroit, tout en haut du dernier raidillon, le grand courant d'air frais.

Jean, que j'avais rencontré là en Mars, m'envoie ces jours ci, des photos de ses découvertes quotidiennes à Chypre. Dans la liste des destinataires, il m'a appelée Agathe Erevine.

Posté par keepmoving à 21:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


lundi 25 mai 2015

Mischief

spa

mischief

bouh

Caramel était en train de mélanger une sorte de mixture dans un pot, et comme j'étais allongée dans l'herbe, en train de ne rien faire, je lui ai demandé de m'étaler un peu de cette belle terre argileuse qu'elle avait trouvée (un peu comme la terre à l'étang tout près), sur les pieds, que ça pourrait être amusant de jouer au Spa. Elle s'est prise au jeu et m'en a mis jusqu'aux genoux. Elle est aussi allée chercher des rondelles de concombre qu'elle m'a posé sur les yeux (et que j'ai fini par manger)... Vanille a trouvé ça ridicule... Rhum-Coco a trouvé ça très drôle et a essayé de m'étaler de la terre aussi sur le visage ; mais comme je n'étais pas du tout d'accord, il m'en a juste mis un peu sur le bout du nez. La mixture, sur mes jambes, a séché et je leur répétais comme j'allais avoir la peau toute douce après... J'ai commencé à frotter doucement, en demandant à Caramel: " Mais dis moi, où l'as-tu trouvée cette belle terre argileuse?" Elle n'a pas répondu tout de suite... Elle est allée cherche une bassine d'eau pour terminer le Jeu et puis m'a avoué, tranquillement, que ce n'était pas de la terre, mais un mélange de cendre et de ciment. Ce soir, j'ai la peau des mollets qui pèle.

Posté par keepmoving à 19:30 - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags :

samedi 23 mai 2015

Parce que Toulon rouge...

cerises

pilou

rygby

fada

teeshirt

Tee-shirt collector, à mon avis... vue l'usure du Truc... que Rhum-Coco s'est vu offrir par son voisin de Stade, qui, lui non plus n'était plus tout jeune...

Comme c'était bon de voir tout le monde ailleurs. Caramel pour ue journée Louveteaux, qui a enfin compris tout l'intérêt du Scoutisme: "Ce qui est bien c'est qu'on est séparé des parents." -"Quooooi?" "On ne vous a pas sur le dos.". Les garçons étant partis au rugby à Mayol, voir Toulon-Oyonnax, il ne reste que Vanille, Niquedouille et moi. J'ai pris l'air au soleil, j'ai écrit dans un cahier aux pages bleues et j'ai fini par m'endormir. Farniente. Rhum-Coco est rentré extatique! Les parachutistes qui apportent le ballon... l'ambiance... et puis une journée entre Mecs, avec son Père et les Cousins, les "grands cousins" dont le Parrain de Rhum-Coco déchaîné. Moi, je le regarde, je dis Merci. Et... Pilou Pilou!

Billet spéciale dédicace Anne-Priscille.

Posté par keepmoving à 21:25 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

vendredi 22 mai 2015

Swap de Printemps

b&w

swap

marie

extase

lessive

flowers

Un Swap sur le thème du Printemps avec comme impératif que tout tienne dans une enveloppe A5...

Et puis, nous sommes rentrés... et j'ai fait tourner les machines à laver. Quand Vanille a demandé à Caramel si c'était bien, cette dernière a répondu triomphalement: "C'était génial. j'ai pris une douche en 4 jours!" Allez, hop, vite du savon et de l'eau chaude. Elle a beaucoup pleuré, et crié... en se démêlant la tignasse. Après l'extase, la lessive. Il y a dans ces quelques mots... toute ma vie résumée. Pour Marie, des Sacs pour mettre son linge quand elle file à Londres.

Posté par keepmoving à 21:17 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

jeudi 21 mai 2015

Lucca (back again) (and again and again and again) (3)

martin

velo

relax

michel

car

cozy

gris

princesse

Ces quelques jours en Italie étaient en fait, mon cadeau d'anniversaire... et depuis Mars, on peut dire que ça m'a souvent fait "tenir" ou "maintenir". Faire ce qu'il faut. Voyage longtemps rêvé, voyage, décidé à la fin de l'Hiver, et que je souhaitais reposant. Farniente... Fare niente. Ne rien faire. Et pour cela, aller dans une petite ville que l'on connait déjà bien. Ne pas être tentée surtout de trop en faire. Je me suis souvent imaginée assise sur un banc du Duomo, avec la possibilité de ne pas bouger de là, pendant des heures... Sans enfant à qui expliquer les oeuvres d'Art, sans enfant à qui expliquer les symboles et traditions de notre chrétienté. Je suis du genre, à leur répéter, toute leur enfance: "C'est qui le gars en rouge, avec Marie, au pied de la croix?", "Et celui là avec son chien, et une plaie à la cuisse?", ou encore "Qui a été grillé? qui a été transpercé de flêches? et là, cette fille qui porte ses seins sur un plateau?". Je ne sais pas du tout ce qu'il en restera mais en attendant ça leur forge une identité. Bref... je me voyais bien, tranquille et... seule. Je me suis aussi imaginée dans l'herbe près des remparts sur ma serviette, les jambes au soleil, avec un livre, un cahier, un crayon et c'est tout ; ou assise dans la rue, à regarder passer les gens en me demandant qui ils sont, pendant des heures, sans être avec personne avec qui partager mes réflexions. Avec personne d'autre qu'avec moi-même. Et pourtant, j'avais validé la venue des "deux plus jeunes" pour occuper leur hyperactif de Père... Bon. J'ai eu de beaux moments de liberté. J'ai erré dans les rues, j'ai regardé les fruits et légumes et cherché une jupe d'Eté, trouvé quelques belles choses que je ne cherchais pas. Je me suis payée le luxe de décider de ce que je voulais faire ; et ça, c'est déjà bien. Comme je pouvais choisir, et bien, j'ai aussi choisi de faire des choses avec eux. Et puis, il a fait un peu bleu, un peu gris, avec de belles averses. Et puis, le Samedi, la ville a été envahie par un gigantesque marché Broc et par une course automobile... On a vu se succéder les Fiat 500, les Ferrari et de vieilles voitures sublimes... Elles ont fait le tour des remparts avant de traverser le Centro sur un parcours balisé par des bottes de pailles. Sur la Piazza del anfiteatro, nous avons regardé, en toute fin d'après-midi,  les bolides faire le tour de la Place, en faisant rugir les moteurs, et parfois régaler le public ravi de dérapages contrôlés. Avec un verre de vin blanc bien frais, en terrasse, c'est un spectacle qui se laisse regarder. De quoi s'amuser. J'ai aimé prendre du temps pour deux visites seule avec ma Petite: le Duomo "Et c'est qui cet ange?", et le Palazzo Pfanner, où nous avons dansé toutes les deux dans la salle de bal ; sous le lustre, on s'y croyait. J'ai aimé aller dans ce magasin de Belle Arti via Fillungo, avec eux, trouver de beaux tubes de gouache, et un grand cahier de papier épais pour Adélaïde, et un tout petit carnet pour les dessins de Jean-Baptiste.  J'ai aimé voir les enfants faire du vélo, très très vite dans Lucca le soir, comme si la ville leur appartenait. Ce n'était pas du tout ce que j'imaginais, et tant pis. Et tant mieux?

(je fais mon coming out - je suis le Nain!)

Posté par keepmoving à 20:55 - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , ,



mercredi 20 mai 2015

Lucca (back again) (and again and again and again) (2)

lucca1

lucca10

lucca6

lucca17

belles

ceci

lucca2

polipo

globes

lucca8

lucca4

lucca5

A Lucca, je suis vite tombée dans le Vert. Les fruits et légumes sont encore moins chers que chez nous (les asperges à 4 euros du kilo...). On s'est fait des arosticini comme dans les Abruzzes avec des "herbes fatiguées" et des haricots Borlotti, des Trofie al Pesto comme en Ligurie (du Pesto sans parmesan, on trouve ça, en Italie), de la salade de poulpe comme à Portovenere. Je n'ai pas fait un seul écart alimentaire (je mange sans lait)... même pas un petit morceau de Tarte au citron... mais j'ai goûté du filet de boeuf avec un émincé de truffes et d'artichauts frais... De quoi assouvir mes envies et ma curiosité... au moins dans ce domaine. Les enfants ont goûté à la Slow food de rue: pizza, ceci, panini... bonbons... et n'ont pas accordé plus d'une seconde d'attention au célèbre glacier Bio avant d'aller juste en face, se faire faire des glaces de folie, avec smarties, coulis, fruits, gaufrettes au choix... Rhum-Coco se faisant donner des leçons d'italien par la jeune fille amusée (et patiente), qui tout en le servant, lui répétait doucement: "lamponi", "fragole"... Je ne le dis pas assez: "Que serait l'Italie sans les Italiens?"

Posté par keepmoving à 20:28 - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 19 mai 2015

Lucca (back again) (and again and again and again...)

cartes

michele

velo blue

lucca13

epreuves

lucca15

piglets

tower

lucca12

lion

Jouer à Lucca... à vélo même avec un plâtre (Ouf!)... sous le soleil ou sous la pluie mais avec des glaces chaque jour... Et... interdit de "faire sonnette" (comme dit J.B, qui a l'air de savoir de quoi il parle... sans doute sur le trajet entre le Collège et l'Aumônerie...).

Nous revoilà à Lucca, la belle, la tranquille, la sereine... Après avoir donné à manger à (la pôvre petite) Caramel (des pâtes à la sauce sanglier...), il n'y a plus qu'à aller s'installer dans le petit appart que nous louons pour quelques jours. Quelqu'un qui lit ce Blog m'a écrit un jour, que si on se sent si bien à Lucca c'est sans doute parce qu'elle est entourée de remparts, et qu'on s'y sent comme à l'abri. Lucca est  presque ronde comme un ventre maternel, et parfaitement plate, pas une seule bordure. Il n'y a que les quelques marches devant le parvis des Eglises, et les rampes qui mènent aux remparts à gravir. C'est une ville qu'on aime découvrir à pieds ou à vélo. De la promenade des remparts, 4 kilomètres dans le vert, on voit si l'on regarde vers l'extérieur, loin là bas, après les grands espaces d'herbe, les premières maisons mais c'est si loin que le regard ne s'y attarde guère ; si l'on regarde vers l'intérieur, ce sont, juste là, en contrebas, des toits, des terrasses, des jardins, des tours et des clochers. Des tours toutes différentes ; il y en a même une où poussent des arbres... ; des clochers très différents (une centaine d'Eglises...)  ... C'est aussi une ville qui bouge, qui vit... De quoi s'amuser. Nous avions emporté les vélos des enfants (seuls les deux plus jeunes nous accompagnaient) et nous les avons laissé se balader en toute liberté, jouer à Lucca, même tard le soir. La ville comme un jeu, pour deux enfants de la Garrigue. De toutes façons, on s'y repère facilement. Histoire que ça soit encore plus amusant, (et pour m'assurer un peu de tranquillité...), je leur avais fait une Liste d'épreuves. A faire dans l'ordre ou le désordre: écrire à leurs soeurs, prier pour leur famille (Haha!)..., nous acheter des cadeaux souvenirs, faire un dessin d'un coin qu'ils aiment bien, localiser certains endroits importants dans la ville et les marquer d'une croix sur le plan, et trouver: 5 feuilles toutes différentes, des myrtilles (impossible ce n'est pas la saison), du shampoing démêlant pour Adélaïde (!), un sachet de sucre (à piquer dans un restaurant) et rapporter... tous les tickets de caisse! ; avec comme épreuve Bonus rapportant mille points: monter dans une Fiat 500. Nous sommes allés déjeuner tranquillement au restaurant en les laissant se débrouiller avec 12 euros pour leur propre repas (nous sommes très généreux...). Je leur avais écrit une liste de mots afin qu'ils puissent demander certains renseignements: "francobolli", "Dove si trova?", "Vorrei..."... etcetera... et ils se sont très bien débrouillés, Rhum-Coco hésitant, sur la fin, à donner du Ciao Bella! à toutes les Italiennes rencontrées... J'aurais aimé.... leur faire un vrai Jeu de piste. J'avais même emporté un bout de craie pour leur laisser des messages... mais Lucca est si touristique, que cacher des indices me paraît compliqué. Je ne laisse pas tomber l'affaire (Lucca again and again?)... Je les verrais bien se faire la courte échelle pour attraper un bout de papier dans l'orbite du crâne sous le gisant au Duomo, se battre pour savoir qui n'ira pas chercher la suite du Jeu sous le corps momifié de Sainte Zita etc etc... Etcetera...

Posté par keepmoving à 20:47 - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 18 mai 2015

Affliction (2)

ennui

aphrodite

idiot

nainpink

nainpink2

Elles m'ont emmené dans un jardin... Le glouglou de la fontaine, le parfum des citronniers et des roses, l'herbe verte qui invite au repos et à la méditation...

J'ai cru mourir... D'ennui pour commencer, et ensuite d'exaspération.

Posté par keepmoving à 20:01 - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 17 mai 2015

Affliction

cruel2

Ils m'ont encore embarqué dans un plan relou... 5 heures de voiture presque sans bouger et en plus, comme l'a si bien dit la Petite: "Voir tous ces gens qui mangent dans les stations service, c'est vraiment trop "cruel".". Juste après, elle s'est mis à sangloter.

Posté par keepmoving à 20:30 - Commentaires [13] - Permalien [#]

mercredi 13 mai 2015

L'embellie (3) (un billet décousu)

l'embellie

fuck

Derniers cadeaux que l'on m'a fait: du toc de vide grenier, un peu lourd à porter, à porter avec un jean et des baskets, pour la légèreté ; et faite par Marie, la promesse de chaussettes rebelles!  

Ce matin, alors que je me faisais mon premier café, en essayant de mettre de l'ordre dans mon esprit embrumé, et surtout dans le déroulement de la journée à venir, en comptant les aller-retours, en me demandant comment j'allais faire pour ne pas oublier un enfant quelque part, et surtout pour être à l'heure dans un timing si serré... , Rhum-Coco m'a demandé pourquoi je parlais toute seule. Je lui ai répondu que j'allais devenir de plus en plus vieille et de plus en plus folle (pas de lien de cause à effet...) et il n'a pas eu l'air étonné. En Mai, tout prend soudain une tournure surréaliste ;  pour un peu, je serais plongée dans le Liberty Fluoté (voir le billet d'hier, ce tissu qui fait mal aux yeux). Il y a le rouge des coquelicots qui claque dans les champs verts et celui des premières fraises du jardin, mangées dès le matin, les pieds nus sur les planches de bois mouillées, le rose des cistes et du rosier Cocktail,  le rouge de la pastèque qui annonce l'Eté, qui sera si vite arrivé. Il y a dans ces couleurs la passion, les excès et aussi un peu le danger. Il y a le coeur qui bat, les choses qui s'accélèrent, alors que se succèdent les coups de chaud. Avec 29°C, et les touristes qui passent en maillot de bain au bout du jardin, peut-on encore avoir la tête au travail? Il y a même un marchand de glaces installé devant le Lycée. Les grandes sont en examens, tests  et concours cette semaine. Je ne dis rien, rien du tout. Il y a Rhum-Coco qui crie "Un enfant crasseux est un enfant heureux!" et qui détale comme un lapin de garenne... alors qu'il est supposé travailler à son Evaluation commune aux quatrièmes en Mathématiques ; mais comment revoir en entier un tel programme en si peu de temps?... Le gris bleu contraste parfaitement, celui de la lavande séchée, qui prendra le relais, dont l'odeur est toute aussi excessive et bien trop forte, mais avec le temps, longtemps après, elle restera le meilleur souvenir de ces jours trop vite passés.  Il y a le vert de la rhubarbe et celui des crapauds, qui sont si heureux qu'ils chantent même le jour. Je les écoute, je les entends, peut-être même que je les comprends (j'y reviendrai!). Il y a le vert des herbes dans les 3 kilos de saucisses dont nous avons pris livraison, le jaune de la lumière ; et ça change tout. Il y a les violets mystérieux et bien des promesses encore non dévoilées, la certitude que tout change et que bientôt je verrai dans ces couleurs tout autre chose. Il y a la Vie, et ses paradoxes, ses déconvenues, et ses surprises cachées. Quand la Maman d'un magnifique petit Bébé m'a demandé, alors que je le regardais en totale admiration: "Alors??? ça te fait envie?", j'ai eu le cri du coeur:"Ah non! Pas du tout...". La Maman a eu l'air étonné, mais pas autant que moi. Il y a cette chanson que j'écoute depuis presque 30 ans (mon tout premier concert, j'avais 14 ans ; j'en ai gardé un style décoiffé et l'habitude du coup de crayon un peu chargé sous les yeux...) et dont je viens de découvrir une version encore meilleure, plus lente, plus dense, un peu plus folle aussi parce qu'elle va jusqu'au bout, mais on la comprend mieux.

Posté par keepmoving à 21:39 - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags :